Médiathèques, Musique, Loisirs

À la médiathèque Landowski, le prêt de disques vinyles va crescendo

Les bons vieux disques noirs et autres 33 tours reviennent à la mode. S’appuyant sur un fonds important et, bientôt, de nouvelles acquisitions, la médiathèque Landowski franchit le mur du son, devançant et accompagnant une demande croissante des Boulonnais pour le microsillon.

Publié le

Autre signe d’un retour (presque) à la normale, la reprise de nos services d’écoute de musique et de consultation de films sur place (Espaces Musique et Beaux-arts de la médiathèque Landowski, 3e étage) dès le mercredi 9 juin. Envie d’une pause culture? Venez profiter d’un film ou de 2h d’écoute par jour ! Nous vous invitons à venir avec votre casque ou écouteurs mais nous pouvons vous en prêter. Accès libre dans la limite des places disponibles.

 

Verlaine et Rimbaud, de Léo Ferré, Musique et chants de Chine du Sud, Porgy and Bess, avec Harry Belafonte et Lena Horne Consultant son ordi, Martin, bibliothécaire, énumère les derniers disques tout juste empruntés par des Boulonnais.

Récemment, j’ai reçu deux jeunes femmes également en quête de vinyles. Elles avaient 18 ans, j’ai été bluffé poursuit Éric, un collègue de l’espace musique.

Étonnant ? Pas vraiment. La bonne vieille galette, autrement appelée 33 tours, disque noir, microsillon ou LP, vit un salutaire retour en grâce. Nombre de maisons de disques aujourd’hui en proposent à la vente, qu’il s’agisse de rééditions luxe ou de nouveautés. À l’heure des playlists et du streaming, le disque "à l’ancienne", son contenu musical, mais aussi ses pochettes colorées, parfois signées des plus grands photographes ou graphistes, constituent autant d’objets porteurs d’identité, et souvent de souvenirs. Éric raconte :

On le tient dans les mains, on le pose sur la platine, on le retourne, face A, face B, c’est un objet très personnel… Et puis, il y a le son.

Même si ça gratte un peu parfois, les enregistrements non numérisés, plus brillants, plus proches, plus directs, sonnent nettement mieux que les enregistrements reformatés par l’électronique.

1.900 disques proposés au prêt, de nouvelles acquisitions en 2021

L’espace musique de la médiathèque connaît la chanson. Et pour cause : au deuxième sous-sol dormait, depuis les années 1980, un fonds de quelque 6.000 disques 33 tours en plus ou moins bon état. Passés de mode, ils attendaient des jours meilleurs, supplantés par les 32.000 CD proposés aujourd’hui au prêt. Environ 1.900 à ce jour ont revu la lumière des rayons. Le bouche-à-oreille fonctionnant, ils sont régulièrement empruntés.

De la musique dite "classique" au jazz, en passant par le blues, le rock, la chanson française ou les sons du monde, chacun trouve disque à son ouïe. Certaines pochettes sont de vrais collectors. Une platine permet aussi d’écouter sur place (en apportant son propre casque à prise jack en cette période de Covid). Comme chez les vrais disquaires d’antan -- il en reste encore quelques-uns -- le dialogue et les bons conseils, ici avec les bibliothécaires, ouvrent les portes de la découverte. On vient chercher Dave Brubeck ?
On repart avec Alfred Brendel.

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule : afin de compléter son offre, la médiathèque relance cette année la commande de vinyles tout beaux, tout neufs. Vos platines vont être à la fête !

Christophe Driancourt