Aménagement urbain, Culture, Architecture, Arts, Lectures, Photo, Histoire

"Boulogne-Billancourt Art déco", un cadeau pour découvrir la ville

Boulogne-Billancourt méritait une synthèse heureuse d’un style Art déco présent à chaque coin de rue. Magnifiquement illustré, riche en découvertes, ce beau livre nous convie pas à pas à la découverte de l’exceptionnel patrimoine architectural et artistique boulonnais. Ouvrage d'Emmanuel Bréon et Hubert Cavanol autour des 200 photographies de Laurent Thion : un cadeau à offrir... ou à s'offrir !

Publié le

Découvrez le patrimoine Art déco de Boulogne-Billancourt, de l'hôtel de ville aux ateliers d'artistes en passant par la poste centrale, les immeubles, les cinémas, les banques... De grands noms de l'architecture de l'époque y ont contribué : Mallet-Stevens, Perret, Pontremoli, Hillard, Faure-Dujaric ou Le Corbusier. Habitations particulières, populaires ou chics, bâtiments publics ou privés sont signés par les plus grands architectes, dont Tony Garnier, qui y réalise son chef-d’œuvre absolu, l’hôtel de ville, méritant à lui seul une visite.

Boulogne-Billancourt Art décod'Emmanuel Bréon* et Hubert Cavaniol
Editions Faton, 256 pages, 200 illustrations de Laurent Thion, 24 x 28 cm, couverture rigide, prix public : 39€ à l'Office de Tourisme de Boulogne-Billancourt et dans toutes les librairies. 

>> Feuilletez le livre en exclusivité !

Préface

L’ Art déco est bien plus qu’un trait de personnalité de Boulogne-Billancourt : c’est un geste culturel et artistique qui en signe l’ADN et inspire son avenir d’un esprit résolument pionnier et avant-gardiste. Pour le ressentir, il suffit de flâner dans nos rues pour en percevoir toute la créativité et l’élégance, subtilement partagées entre la sobriété et l’exubérance.

Boulogne-Billancourt, un musée à ciel ouvert sur une modernité sans cesse revisitée par les architectes et artistes les plus visionnaires, une invitation encore à pousser la porte du musée des Années Trente, formidable écrin de tous ces talents et de toutes ces oeuvres qui expriment notre richesse culturelle.

En 1925, l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes est un événement majeur qui séduit le monde entier. Les Américains s’y précipitent en nombre pour y chercher l’inspiration afin de dessiner et décorer leurs gratte-ciel. Les artistes français, dont beaucoup sont boulonnais ou billancourtois, architectes, peintres, sculpteurs, céramistes, sont alors accueillis outre-Atlantique. Marcel Loyau, Joseph Bernard, Paul Landowski, Jacques Debat-Ponsan, Pierre Patout, Jacques Lipchitz, Robert Mallet-Stevens, Louis Lachenal, Jean Prouvé, Alphonse Gentil et François Eugène Bourdet, Henri Lagriffoul ou Max Blondat, dont les noms résonnent familièrement à nos oreilles, deviennent les héros d’un Art déco français qui se propage bientôt de Belgrade à Tokyo ou de Londres à Rio de Janeiro.

En 1925, Boulogne et Billancourt deviennent une seule et même commune par un décret du président de la République. C’est précisément à cette date qu’André Morizet, maire visionnaire, commande à l’architecte Tony Garnier un hôtel de ville qui doit réunir tous ses concitoyens au centre géographique de ce nouveau et vaste territoire. C’est une réussite totale, qui est saluée aujourd’hui comme l’un des plus beaux exemples de l’architecture fonctionnaliste Art déco de la période. Le centre-ville est immédiatement complété par un central des Postes et Télécommunications et un Centre d’hygiène sociale, qui ouvrent leurs portes sur de nouvelles avenues.

Une grande ville dont la population ne cesse d’augmenter est désormais née. Fleurissent collèges et lycées, stades et piscines, grands magasins, immeubles de rapport et habitations à bon marché, églises et synagogue. Le dénominateur commun est la gamme étendue du vocabulaire Art déco : béton lisse ou bouchardé, calepinage de brique, vastes baies vitrées, ferronneries ouvragées, bas-reliefs en ciment à décor de corbeilles de fleurs ou de fruits. Le nouveau style n’oublie personne et s’adapte à tous les édifices, qu’ils soient cossus ou modestes.

L’Art déco est un état d’esprit, celui d’une modernité en marche. Les avionneurs et les constructeurs automobiles de Boulogne-Billancourt ont accompagné ce mouvement. Sur les traces laissées par leurs usines, nous pensons à la Ville moderne de demain. Boulogne-Billancourt Art déco n’est pas une incitation à la nostalgie, c’est un appel à une exigence de qualité, dans la continuité de ce style emblématique du xxe siècle.

De nombreux livres érudits ont parlé de Boulogne-Billancourt, mais peu en ont restitué l’unité stylistique. Les très belles photographies de Laurent Thion, les textes d’Emmanuel Bréon et d’Hubert Cavaniol réparent ce manque de vision globale et immédiatement accessible à tous. Qu’ils en soient remerciés. Bienvenue dans cette splendide vitrine du patrimoine culturel boulonnais… Si son histoire éclaire notre présent de toute sa modernité, elle en imprègnera aussi son futur.

Pierre-Christophe Baguet, Maire de Boulogne-Billancourt, Président de Grand Paris Seine Ouest

 

* Emmanuel Bréon est conservateur en chef du patrimoine à la Cité de l’architecture et du patrimoine et président d’Art déco de France.

Nous avons cherché à montrer avec ce livre un Art déco présent à chaque coin de rue à Boulogne-Billancourt. J'espère que nous inciterons les habitants à lever la tête pour regarder les détails des habitations, chercher dans tous les quartiers ces pépites qui en font une ville si particulière. Il faut prendre le temps de flâner dans ce musée à ciel ouvert.  Emmanuel Bréon

Ce livre est magnifique. Félicitations ! — Pétronille

Voilà un très beau cadeau de noël ! — Nicolas

Déjà acheté... Une merveille ! — Jippy

Très beau cadeau pour qui aime sa ville ! ­— Virginie

Une très belle époque pour l’expression artistique dans tous les domaines : architecture, mobilier, mode, art de vivre, bijoux, tout était en harmonie. Sans oublier la peinture... magnifique ! — Christine