Culture

Décès de Jean-Pierre Marielle

Publié le

Il avait reçu BBI dans le salon de son appartement du quartier des Princes. C’est peu dire qu’il en occupait l’espace : grande taille, voix inimitable, rire sonore. Jean-Pierre Marielle avait élu domicile depuis de longues années dans la ville, attiré par sa tranquillité, son goût pour le vélo avait fait le reste. Il avait converti son épouse, la comédienne Agathe Natanson, à « son petit coin de paradis » et ensemble ils cultivaient leur jardin, au sens propre comme au figuré… Intarissables sur ses plantations, ils parlaient d’une même voix de leurs tournées et de leurs tournages. Sur les murs, des centaines de disques de jazz, passion de Monsieur depuis l’époque des caves de Saint-Germain-des-Prés – celle de Chet Baker et Miles Davies. 

La belle époque aussi, qui vit débouler sur les planches cette génération de comédiens formés au conservatoire, Rich, Girardot, Rochefort et Belmondo, une bande qui fit les 400 coups avant de devenir des princes du 7e art. Toujours complices avec Jean-Paul, on les avait vu ensemble, en 2015, au musée Paul Belmondo lors d’une soirée pleine de rires et de souvenirs. On les croisait parfois, avec Agathe, dans les vernissages boulonnais, auprès d’amis artistes. En 2011, il avait signé son autobiographie Le Grand n’importe quoi au Salon du livre, accueillant les lecteurs avec la courtoisie et la modestie des grands. Célèbre, lui ? « Le seul lieu de la représentation c’est la scène ; je me fous de mon image, l’abandonnant volontiers aux miroirs, seulement quand il est venu le temps de se raser, et encore. Je me suis assez vu pour m’en dispenser ». Il se définissait comme un artisan au service des textes, gourmand de belle langue, comme l’épicurien qu’il était. 

Nous serons nombreux à ne jamais oublier cette voix capable de passer de la truculence poétique des Grands Ducs à l’intransigeante vertu de Monsieur de Saint-Colombe dans Tous les matins du monde. À 87 ans, Jean-Pierre Marielle a tiré le rideau, il nous reste plus de cent films et le souvenir d’une présence de seigneur. 

À son épouse Agathe, à sa famille et à ses proches, le maire Pierre-Christophe Baguet et l’ensemble du conseil municipal adressent leurs sincères condoléances.