Environnement, Jeunesse, Sport

Voile : Stéphane Le Diraison appelle à la préservation des océans à l'Unesco

Avec plusieurs skippers de la classe IMOCA, Stéphane Le Diraison a donné une conférence vendredi 31 janvier devant un parterre de jeunes franciliens à l'Unesco. Les navigateurs ont également signé un partenariat avec l'institution pour aider la recherche scientifique à mieux préserver l'océan.

Publié le

Aux côtés des navigateurs Fabrice Amedeo, Alexia Barrier, Boris Herrmann et Paul Mailhat, Stéphane Le Diraison a participé à une conférence intitulée "Une planète, un océan" vendredi 31 janvier devant plus de 300 collégiens et lycéens franciliens. Organisé à l'Unesco, cet événement s'inscrit dans le cadre des campus de l'Unesco, un cycle de conférences-débats qui vise à faire grandir la compréhension des jeunes citoyens autour des grands enjeux actuels. 

La responsabilité environnementale est l’affaire de tous

Défenseur inconditionnel de la préservation des océans, le skipper boulonnais est notamment intervenu sur l'impact du plastique, particulièrement nocif pour toute la chaîne alimentaire du milieu aquatique. Habitué aux interventions auprès des scolaires et du grand public, Stéphane Le Diraison a invité son jeune auditoire à faire bouger les lignes : "je compte sur vous tous pour faire changer les choses. L'oxygène que l'on respire provient de l'océan, c'est le vrai poumon de la planète".

Un partenariat pour aider la recherche scientifique

À l’issue de la conférence, un accord de partenariat a été noué entre les skippers de la classe Imoca et la commission océanographique intergouvernementale de l'Unesco, en présence de Vladimir Ryabinin, secrétaire exécutif de la commission. Objectif : soutenir la recherche scientifique et sensibiliser à l'importance qu'occupent les sciences océaniques dans la protection de l'océan et l'utilisation durable des ressources marines. Depuis 2015 déjà, des marins collaborent à ce projet. Ralliant les régions les plus isolées de la planète, les voiliers de course de la classe IMOCA contribuent en effet - notamment lors du Vendée Globe - au déploiement d'équipements scientifiques nécessaire à l'observation de l'espace marin.