Sport

Départ de la transat Jacques-Vabre, le dimanche 27 octobre : soutenons notre skipper Stéphane Le Diraison !

Le 27 octobre, le skipper boulonnais Stéphane Le Diraison, soutenu par la ville de Boulogne-Billancourt, avec les groupes Suez et Bouygues construction, prendra le départ de la transat Jacques-Vabre en double entre le Havre et le Brésil.

Publié le

Il fera équipe avec François Guiffant. L’occasion, à treize mois du Vendée Globe, de faire le point sur
la compétition, certes, mais aussi sur les actions menées avec Time For Oceans, autour de la préservation des océans et de la planète.

 

BBI : Quel premier bilan tirez-vous du programme et du message véhiculés par votre bateau et votre voile Time For Oceans ?

Stéphane Le Diraison : Un premier bilan et des retours très positifs. Le message, protéger les océans et la planète, est bien accueilli dans un contexte, certes regrettable, celui de voir la Terre confrontée à des catastrophes climatiques. Mais cela souligne l’intérêt de porter ce sujet auprès du grand public. Cette thématique « Time For Oceans » ouvre des perspectives en externe ou en interne avec les grands groupes qui sont nos partenaires (Bouygues et Suez) engagés vers la transition écologique et le développement
durable, et bien sûr la ville de Boulogne-Billancourt, en pointe sur ce sujet. Nous ne voulons pas être donneurs de leçons, ni moralisateurs, ni catastrophistes, ni militants, mais identifier des solutions, créer une communauté, échanger, expliquer, susciter des challenges, en accompagnant par exemple le Plan climat, en cours d’élaboration par Grand Paris Seine Ouest. La responsabilisation environnementale est l’affaire de tous, des entreprises, des villes, des citoyens, des marins. Chaque activité humaine induit une empreinte environnementale. Je garde dans un coin de ma tête le projet de construire un bateau pas comme les autres, totalement éco-conçu, une sorte de « green Imoca », que l’on sache déconstruire et démanteler, ce qui pourrait aller de pair avec l’intégration de contraintes environnementales dans le règlement des courses…

BBI : Vous avez participé à de nombreuses rencontres avec les élèves de Boulogne-Billancourt. L’enfance et le milieu scolaire sont un de vos secteurs privilégiés pour porter le message de la défense de l’environnement…

S. L. D. : Au-delà de la compétition, le bateau et la voile sont un très bon support pédagogique. Pour mettre en musique cet esprit collaboratif, avec des enfants boulonnais, nous allons tourner le clip d’une chanson, Time For Oceans, initiative de deux enseignants, une sorte d’hymne fédérateur. Nous allons également ouvrir, à titre expérimental, une chaîne YouTube avec des tutoriels ludiques destinés aux enfants sur des thématiques liées au bateau mais aussi à la gestion des déchets, l’eau, l’énergie, en renforçant nos liens avec la communauté éducative. Nous allons amorcer l’expérimentation de supports pédagogiques avec l’apport de Corentin de Chatelperron, un des pionniers du low-tech.Il s’agit de petits travaux pratiques participatifs, d’expériences avec des matériels de récupération. Par exemple, créer un panneau solaire à partir d’une grille de refroidissement récupérée sur un vieux réfrigérateur. Enfin, nous allons refondre notre site internet pour début 2020. Il sera collaboratif, participatif, comme une sorte de blog, pour partager textes, vidéos, ou mettre en valeur des parrainages et des actions concrètes autour de la communauté « Time For Oceans ».

Transat mode d’emploi

  • En 1993, est lancée la Route du café, course en solitaire reliant Le Havre à la Colombie. Deux ans plus tard, en 1995, la course désormais baptisée transat Jacques-Vabre devient une épreuve en double, avec deux skippers sur le même bateau.
  • L’épreuve « 3 courses, 3 duos » réunit aujourd’hui trois catégories d’embarcations bien définies. Côté monocoques, les Class 40 et les Imoca, catégorie reine du Vendée Globe, puis, pour les multicoques, les Multi 50. Tous partent en même temps mais, un peu comme aux 24 heures du Mans pour la Formule 1, bénéficient d’un classement par catégorie.
  • L’édition 2019 partira du Havre le dimanche 27 octobre pour rallier Salvador de Bahia, au Brésil, soit environ 4 350 milles nautiques.

Boulonnais, participez à Virtual Regatta sous le code BB92100 !

À chaque grande course au large, du Vendée Globe en 2016 à la Route du Rhum en 2018, les Boulonnais s’affrontent sur les océans du monde depuis leurs ordinateurs, leurs tablettes ou leurs smartphones. Rendez-vous dans quelques jours pour accéder à un classement spécial Boulogne-Billancourt et naviguer « dans la peau » de Stéphane Le Diraison. Le jeu permet aux skippers de tous bords de dérouler leur transat en même temps que les marins, dans les conditions réelles de la météo.
Composez le code BB92100. N'oubliez pas de sélectionner la class IMOCA 
Top départ de la course et du jeu le 27 octobre. Bons vents !

Pour accéder au jeu, cliquez ici

Rendez-vous le 27 octobre et le 2 novembre pour suivre Stéphane à l’espace Landowski !

  • Dimanche 27 octobre dès 12 h 15, les Boulonnais pourront suivre le départ de leur skipper sur la transat Jacques-Vabre, en images et en direct à l’espace Landowski.
  • Samedi 2 novembre à partir de 15 h 15, après un point course, Stéphane Le Diraison et François Guiffant échangeront depuis l’océan Atlantique en visioconférence avec le public de l’amphithéâtre Landowski.