Commerces, Entreprises, Loisirs, Solidarité, Vie de quartier

Deux nouveaux "artisans du tourisme" labellisés : la Ville réaffirme son soutien aux commerçants boulonnais

Initié par la chambre de métiers et de l’artisanat 92 et le Département des Hauts-de-Seine, le label "Artisan du tourisme" vise à mettre en lumière et faire connaître des professionnels qui excellent dans les métiers de bouche, de l’art et de la création. La cuvée 2021 met à l’honneur deux artisans boulonnais : le traiteur italien Milena Guerrieri et le chocolatier Thierry Keiflin.

Publié le

Pour en savoir plus, rendez-vous sur artisantourisme.fr

Thierry Keiflin, le chocolat au cœur d’une passion

La comptabilité mène à tout... à condition d’en sortir ! Il y a une dizaine d’années, Thierry Keiflin pensait déjà à changer de voie. À l’occasion d’un voyage humanitaire au Togo, la visite d’une plantation de cacaotiers agit sur lui comme un déclic. Au retour, le Boulonnais prend la direction de Rouen et, à l’Institut national de la Boulangerie-Pâtisserie, passe un CAP de chocolatier-confiseur. Le projet "familial et reposant sur des valeurs humaines"  mûrit. Familial car Déborah, sa fille aînée, alors en Grande-Bretagne, rejoint l’aventure. "Nous avons travaillé le  business plan et réalisé une étude de marché, raconte Thierry Keiflin.

Les Boulonnais et la Ville sont attachés au petit commerce, à l’artisanat, à la recherche de qualité : cela ne pouvait se faire qu’ici.

Accompagné par la Chambre des Métiers et de l’Artisanat 92 et Hauts-de-Seine Initative, le duo trouve son nid rue Barthélémy-Danjou. Le local est repensé de A à Z. Déborah, styliste de formation dans la haute couture et e-merchandiser, soigne les agencements et le site internet. Une boutique pas tout à fait comme les autres ouvre en avril 2018.

Ici, quand vous entrez, vous voyez derrière la baie vitrée l’artisan-chocolatier à l’œuvre dans son laboratoire. La suite est une affaire de bouche… à oreille, typiquement boulonnaise. D’autant que les Keiflin ont la bonne idée de lancer des ateliers (adultes et enfants) de découverte du chocolat. Entre temps, le maître des lieux a aussi suivi une formation de glacier.

Une belle pièce de chocolat doit être brillante, croquante et longue en bouche, nous fait saliver Thierry Keiflin. Nous cherchons sur l’ensemble de nos produits à abaisser le taux de sucre qui, sinon, bétonne le palais. Nous n’utilisons ni conservateurs, encore moins de colorants ou d’arômes artificiels.

La maison se fournit auprès de petits producteurs (Équateur, Tanzanie, République dominicaine, Bénin, etc.), se renouvelle, invente. Le trop tentant "bar à tablettes de chocolat d’origine"  côtoie le lapin praliné ou les ganaches. La gamme s’est élargie avec des glaces, des confitures, des pâtes de fruit et des cookies.

Encouragé par ses collègues de l’UCABB, Thierry Keiflin a postulé et obtenu le label Artisan du tourisme 2021 de la CMA et s’en réjouit. Il emploie trois personnes, dont deux apprentis (dans le cadre du plan de relance "1 jeune, 1 solution"). Dans une période où le chocolat en réconforte plus d’un, malgré une baisse de la fréquentation de passage en raison du télétravail, Keiflin père et fille réfléchissent à l’avenir. Car, désormais, on vient de Boulogne Nord, d’Issy, de Meudon, de Paris 16e

S’agrandir ? Difficile. Créer un second lieu ? Peut-être. Mais quitter République-Point-du-Jour, jamais ! "Ce quartier a une véritable identité, une clientèle de fidèles et d’habitués, conclut Déborah. Notre motivation est de répondre aux attentes gourmandes de nos clients au travers de nouvelles créations sans nous départir de l’exigence de qualité." 

Contact : 48, rue Barthélémy-Danjou - 09 86 60 63 10 - thierrykeiflin.com

Salento, toutes les saveurs de l’Italie

Poussez la porte de Salento : vous vous trouvez en Italie, dans le talon de la botte. Pâtes fraîches, saltimbocca, osso buco… Milena Guerrieri vous dit tout sur sa cuisine italienne, plus précisément – l’exactitude est indispensable quand on parle gastronomie – des Pouilles. Car cette Transalpine est arrivée toute petite à Boulogne-Billancourt, qu’elle n’a pas quittée depuis, et où sa famille a maintenu le rituel des repas dominicaux, les recettes transmises de mère en fille, les parfums propres à cette région âpre mais riche d’une tradition culinaire faite de saveurs subtiles, de vins charpentés, et de générosité.

Il y a six ans, après une carrière de communicante pour de grosses entreprises, j’ai décidé de me reconvertir. À Boulogne-Billancourt bien sûr. ! J’ai choisi de donner au lieu une nouvelle orientation, toujours quelques tables – enfin, en période normale – et des plats maison.

Ici, en effet, la cuisine est faite sur place : large éventail de pâtes, de raviolis qui se déclinent en sept parfums, lasagnes, plats du jour, que l’on peut accompagner d’un choix de charcuteries ou de vins du Sud.

Aubergines farcies et polpette, stars de la carte

Attention, Milena a ses aficionados, qui demandent à être prévenus quand elle affiche sur la boutique (et les réseaux sociaux) les aubergines farcies ou les polpette, les stars de la carte.

Nos clients sont des salariés des entreprises voisines, mais principalement des Boulonnais, beaucoup d’habitués, qui passent commande pour plusieurs repas."

Et qui repartent avec des tagliatelles, des gnocchis, à cuire ou tout prêts, cuisinés "avec les mêmes ingrédients qu’utilisait ma mère, en particulier le pecorino “Rodez” des Pouilles. Un fromage confidentiel, comme le sont les recettes de la focaccia, de la tarte au citron à l’italienne et du moelleux au chocolat." On n’en saura pas plus, sauf au moment des conseils de cuisson des pâtes, que Milena vous expliquera par le menu…

2, rue de l’Ancienne-Mairie - 01 46 05 49 39 - traiteur-italien-salento-boulogne.fr

Covid-19 : déjà plus de 6 millions d’euros d’aide octroyés aux commerçants boulonnais

Suite aux dernières annonces gouvernementales sur les fermetures de commerces, il est rappelé aux commerçants que plusieurs dispositifs leur sont dédiés afin de les soutenir financièrement.

  • Le dispositif Seine Ouest commerce, actionné par GPSO en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie, permet d’amortir l’impact de la Covid-19 en remboursant les loyers des commerçants et professionnels de santé libéraux, dans la limite de 5.000 euros.
    Le nombre des bénéficiaires boulonnais est de 496 début avril 2021. Pour Boulogne-Billancourt, la somme totale de la subvention versée ou en cours de versement s’élève à 2,3 millions d’euros.
    >> Pour obtenir la subvention Seine Ouest Commerce, cliquez ici !
  • Le dispositif départemental Relance 92, d’un montant de 30 millions d’euros, s’adresse aux entreprises artisanales, aux commerces et aux TPE/PME impactés.
    À Boulogne-Billancourt, 514 entreprises artisanales et commerciales en ont bénéficié, pour un montant total de 2,5 millions d’euros.
    >> Dossier disponible en cliquant ici
  • Le Fonds de résilience de la Région s’est déroulé en deux phases, dont la deuxième s’est arrêtée le 17 mars.
    À Boulogne-Billancourt, 71 entreprises ont été aidées, pour un montant de 1,9 million d’euros. Pour notre commune, le chiffre total des aides versées est de 6 millions d’euros pour 1 305 bénéficiaires. Sur le territoire de GPSO, le chiffre des aides est de 9,5 millions pour 2163 bénéficiaires.
  • La Ville a mis en place un groupe Facebook "Soutenons les commerçants de Boulogne-Billancourt", qui met en relation clients et commerçants (7.800 membres), et un numéro dédié aux commerçants pour toute demande d’aide : 01 55 18 42 00, du lundi au vendredi de 9h à 18h.