Aménagement urbain, Vie de quartier

L'ancienne sirène Renault installée place Jules Guesde

Dans le cadre du réaménagement de la place Jules-Guesde, l'ancienne sirène des usines Renault a été installée jeudi 23 janvier au milieu de la place par les équipes de Grand Paris Seine Ouest. Son installation a été décidée en concertation avec les conseillers de quartiers et les associations de mémoire afin de garder un symbole du passé industriel de ce quartier en pleine mutation.

Publié le

Haute de 6,10 mètres, l'ancienne sirène des usines Renault a été installée jeudi 23 janvier par les équipes de Grand Paris Seine Ouest sur un socle de 2,20 mètres sur la place Jules-Guesde, dans l'axe de la rue Nationale. Surnommée la "Grande hurleuse" par les salariés, elle était dotée de huit mégaphones en tôle et d'un moteur de 15 CV. Cette opération s'inscrit dans le réaménagement des lieux pour en faire un espace plus convivial, privilégiant les cheminements piétons et les modes de déplacements alternatifs. L'intégration de la sirène fait suite à une phase de concertation avec les conseillers de quartier et les associations de mémoire.

Un symbole du temps passé

Pendant des décennies, la sirène a retenti chaque premier jeudi, puis chaque premier mercredi du mois à midi. Elle a vu défiler tous les modèles de la gamme Renault, de la populaire KZ à la prestigieuse 40 CV, de la petite 4 CV aux laborieux utilitaires. Symbole du monde ouvrier, la "Grande hurleuse" a retenti à l'occasion des plus grands événements sociaux. En 1936 lors des grandes grèves du Front populaire ou encore pendant les manifestations de mai 68. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, en mars 1942 et septembre 1943, pour donner l'alerte sous les bombardements des alliés et ainsi permettre l'évacuation totale de l'usine. La sirène a également résonné en hommage aux deux patrons de la régie, Pierre Lefaucheux et Georges Besse, tous deux décédés tragiquement, en février 1955 et en novembre 1986. Son dernier cri a été entendu le 31 mars 1992, à l'occasion de l'arrêt des chaînes de montage sur l'île Seguin et la fermeture définitive de l'usine, après la sortie de la dernière Renault Super Cinq.

Son retour à Billancourt

Restaurée par les soins de collectionneurs privés pendant quatre ans, son authenticité est confirmée par l'entreprise Renault. La Ville de Boulogne-Billancourt s'est portée acquéreur lors de la vente aux enchères Bonhams organisée au salon Rétromobile de 2009. Elle trône désormais sur la place Jules-Guesde pour que personne n'oublie le passé industriel du quartier Billancourt-Rives de Seine. Sur les faces de son socle figurent l'histoire de la place au fil des décennies, entre le XIXe siècle avec le square présent en son centre, et le XXe siècle où se trouvait l'entrée principale des usines Renault. La dernière face évoque la Renault 4 CV, véhicule emblématique produit essentiellement dans les usines boulonnaises entre 1947 et 1961, permettant à Renault de devenir le premier constructeur automobile français.