Photo JEAN-FRANÇOIS PAGA (C) GRASSET

Culture

Laurent Binet, au Salon du Livre le 8 décembre, reçoit le Grand Prix du roman de l'Académie française

L’Académie française donne le coup d’envoi de la saison des grands prix littéraires en décernant le sien à Laurent Binet pour son roman « Civilizations », qui renverse le cours de l'Histoire. Le lauréat viendra à la rencontre des Boulonnais dimanche 8 décembre au traditionnel Salon du Livre.

Publié le

Ils étaient seulement trois prétendants à succéder à Camille Pascal, récompensé l’an dernier pour son roman « l’Eté des quatre rois » : Laurent Binet pour son uchronie « Civilizations » (Grasset), Bruno Cessole pour son roman d’espionnage «  L’Île du dernier homme » (Albin Michel) et Brigitte Giraud et son « Jour de courage ». 

Et si Colomb n'avait pas conquis l’Amérique en 1492 ? Et si, au contraire, les Incas, menés par le chef inca Atahualpa, avaient débarqué dans l’Europe de Charles Quint à feu et à sang, minée par les guerres de Religion, l’Inquisition et les luttes de pouvoir ? Dérouler le récit d'une mondialisation renversée, en puisant dans tous les genres littéraires avec virtuosité et érudition, des journaux de voyages aux récits picaresques en passant par les sagas islandaises... c'est l'hypothèse de Laurent Binet dans son 3e roman, à la fois espiègle et érudit, primé ce 31 octobre. Un régal de lecture ! 

Vous pourrez rencontrer Laurent Binet lors d'un entretien au Salon du Livre de Boulogne-Billancourt dimanche 8 décembre, ainsi que sa co-listière Brigitte Giraud samedi 7 décembre.

Laurent Binet est professeur et auteur de livres à succès. Lauréat du Goncourt du premier roman 2010 pour HHhH, il a été également salué pour sa 2e fiction, La Septième Fonction du langage (où il avait déjà imaginé, en 2015, que Barthes n’était pas mort dans un accident, mais assassiné) avec le prix Interallié et le prix du roman Fnac. 

« C'est toujours une chance d'avoir un prix, une opportunité pour accroître la visbilité de livre », a-t-il réagi en venant recevoir son prix. « Dans l'Académie française, je ne vois pas un lieu suranné, mais un temple de la francophonie avec des Haïtiens, des Libanais, des Russes... Des personnes du monde entier qui viennent servir la langue française, et je suis heureux qu'ils aient recompensé un roman français qui déborde les frontières et s'étend au monde entier », a-t-il poursuivi.