Evénement, International, Sport

Suivez les 7 athlètes soutenus par Boulogne-Billancourt aux JO de Tokyo

Vincent Gérard, Adam Hmam, Charline Van Snick, Sarah-Léonie Cysique, Astrid Guyart, Hakim Arezki, Christophe Lavigne : suivez ici le parcours des athlètes accompagnés par la Ville et la SCIC Boulogne-Billancourt Sport Développement, sélectionnés pour les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo 2021.

Publié le

Le saviez-vous ? Boulogne-Billancourt a été labellisée "Terre de Jeux 2024" par le Comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024.  

Ville des familles, de l’Art-déco et du bien vivre-ensemble, la mieux gérée des grandes communes de France, Boulogne-Billancourt est aussi la ville du sport epuis les premiers Jeux olympiques en Grèce en 1896 avec Eugène Gravelotte (champion olympique, escrime) jusqu’à Cyrille Maret (bronze, judo) et Stéphane Tardieu (bronze, handi-aviron) à Rio en 2016, ce sont 32 médailles olympiques qui ont été obtenues par des athlètes boulonnais ! 

Sept athlètes soutenus par la Ville présents à Tokyo

À l’initiative du maire Pierre-Christophe Baguet, la SCIC Boulogne-Billancourt Sport Développement apporte une aide financière de 3.000 € à chacune et chacun de ces athlètes.  

  • Pour les Jeux olympiques, qui se tiendront du 23 juillet au 8 août, il s’agit de Sarah-Léonie Cysique (judo), d’Astrid Guyart (escrime), et de Vincent Gérard, gardien de but de l'équipe de France de handball.
  • Deux athlètes étrangers y défendent les couleurs de leur pays : la Belge Charline Van Snick (judo), licenciée de l’ACBB, et le Tunisien Adam Hmam (tennis de table), qui s'est préparé au centre d'entraînement de Boulogne-Billancourt (sous la piscine).
  • Enfin, Hakim Arezki (céci-foot) et Christophe Lavigne (handiaviron) participent aux Jeux paralympiques du 24 août au 5 septembre.

 
La grande majorité des athlètes est licenciée au club omnisports Athletic Club Boulogne-Billancourt (ACBB) ; d’autres sont Boulonnais, tels Astrid Guyart et Vincent Gérard​​​​. Ils investissent leur temps libre pour transmettre les valeurs du sport et de l’olympisme dans les écoles de la Ville.

Aux Jeux olympiques du 23 juillet au 8 août

Vincent Gérard (handball)

Agé de 34 ans, après les clubs de Metz, Istres, Dunkerque et Montpellier, le Boulonnais évolue au poste de gardien de but au PSG Handball depuis 2019 et en équipe de France depuis 2013. Champion d'Europe en 2014, vice-champion olympique en 2016 et champion du monde en 2017, Vincent Gérard affiche aussi à son palmarès personnel les titres de meilleur gardien du Mondial 2017, de l'Euro 2018 et du Championnat de France à 5 reprises.

L'équipe de France de handball aux Jeux olympiques de Tokyo :

  • samedi 24 juillet : Victoire 33 à 27 face à l'Argentine à 4h (heure française)
  • lundi 26 juillet : Victoire 34 à 29 face au Brésil à 2h (heure française)
  • mercredi 28 juillet : Victoire 30 à 29 face à l'Allemagne à 14h30 (heure française)
  • vendredi 30 juillet : Victoire 36 à 31 face à l'Espagne à 7h15 (heure française)
  • dimanche 1er août : Défaite 28 à 24 face à la Norvège à 9h15 (heure française)
  • mardi 3 août : Victoire 42 à 28 face au Barheïn 2h30 (heure française)
  • jeudi 5 août : France/Egypte

Adam Hmam (tennis de table) pour la Tunisie

  • Samedi 24 juillet à 12h30 (heure française) : s'est incliné devant l'Ukrainien Kou Lei.

Champion de Tunisie en avril 2021, le pongiste de 26 ans a gagné sa première médaille de bronze en double mixte aux premiers JO de la Jeunesse à Singapour en 2010, année où il a été aussi sacré champion d'Afrique junior. Qualifié en 2018 pour la Coupe du monde en équipes, son rêve était suivre les pas de son frère Gdana, qui a participé aux Jeux de Sydney en 2000 : mission accomplie au Tournoi africain de qualification de 2020.

Charline Van Snick (ACBB Judo) pour la Belgique

  • Dimanche 25 juillet à 5h17 (heure française) : s'est inclinée face à Odette Giuffrida, puis à Chelsie Giles au combat de repêchage.

Actuellement au 3e rang mondial de la catégorie des mi-légers (moins de 52 kg), Judogi d'Or 2018 et présente sur le podium européen à Prague en 2020, la judoka de l'ACBB est sélectionnée dans l'équipe belge aux JO pour la troisième fois. Multi-récompensée, déjà médaillée de bronze aux Jeux de Londres 2012 dans la catégorie des -48 kg, cette diplômée en marketing de 30 ans a également été championne de Belgique en 2011 et championne d'Europe en 2015 et 2016. Charline voit même au-delà de Tokyo et n'exclut pas Paris 2024. "Ce que je recherche dans le judo, c’est le dépassement. Donner le meilleur de moi-même à chaque compétition."

Sarah-Léonie Cysique (judo)

Championne d’Europe junior et vice-championne du monde en 2018, 5e des championnats du monde seniors 2019, finaliste du Masters de Doha en janvier 2021, puis du grand chelem de Tel-Aviv en février, Sarah-Léonie a intégré la sélection olympique dans la catégorie des moins de 57 kilos. Âgée de 22 ans, elle participe à ses premiers Jeux olympiques au Japon, le berceau du judo.

Quand le sélectionneur Larbi Benboudaoud m’a annoncé ma participation, j’ai sauté de joie, j’étais heureuse. Il ne reste plus qu’à aller chercher la médaille d’or !

Astrid Guyart (escrime)

Astrid Guyart a déjà participé aux Jeux olympiques de 2012 et 2016 en individuel et en équipe, terminant 4e à Londres et 6e à Rio. Auréolée de nombreux titres et podiums internationaux, la fleurettiste boulonnaise a notamment été sacrée vice-championne du monde par équipe en 2013 à Budapest et a été classée n° 2 mondiale. Avec l’objectif de décrocher une médaille par équipe, elle voit cette participation aux Jeux...

... avant tout comme un moment de bonheur et de réalisation
de soi. Mais je ne perds pas de vue que j’y vais pour
être performante !

    Aux Jeux paralympiques du 24 août au 5 septembre

    Hakim Arezki (céci-foot)

    Déjà médaillé d’argent à Londres en 2012, Hakim Arezki est défenseur en équipe de France de céci-foot depuis sa première sélection en 2009. Le Boulonnais, également ambassadeur du sport et conférencier sur les thèmes du sport et de la résilience, a préparé sa participation aux Jeux de Tokyo individuellement et collectivement : "Dès que les JO sont terminés, on se concentre déjà sur les suivants. Puis cela s’intensifie, c’est un travail de tous les instants."  Depuis avril dernier, il bénéficie notamment de créneaux horaires au stade Le Gallo et au gymnase Voisin, mis à sa disposition par la Ville de Boulogne-Billancourt.

    Ce soutien est essentiel dans ma préparation. Je remercie encore le maire de cette opportunité. Avec mon sparring-partner, j’ai pu effectuer le travail de ballon et améliorer le jeu de passe et les tirs. 

    En parallèle de ces séances, Hakim s’entraîne également chez lui, et au centre du Racing Club de Lens avec l’équipe de France de céci-foot : "Nous sommes tous très motivés et ferons tout notre possible pour contribuer au rayonnement de notre pays, ainsi que de nos villes respectives. Notre objectif est d’atteindre la finale." Devenu aveugle à 18 ans après avoir reçu une balle dans la tête en 2001, lors du Printemps noir de Kabylie, Hakim a pu se faire rapatrier par son père en région parisienne pour être soigné.

    Je garderai toujours une forte reconnaissance envers la France, qui m’a sauvé la vie. Porter le maillot tricolore est pour moi une fierté. 

    Retrouvez ici le replay de son interview dans l'émission "Incassable" sur France info

    Christophe Lavigne (handi-aviron)

    Associé à la double médaillée paralympique en handi-aviron Perle Bouge, ex-partenaire de Stéphane Tardieu, Christophe Lavigne a décroché son billet pour les Jeux paralympiques de Tokyo le 9 avril, grâce à une belle troisième place en finale lors des championnats d’Europe de Varèse, en Italie. Licencié à l’ACBB depuis 2014, il analyse sa qualification :

    Nous sommes désormais en ordre de marche, et cette médaille de bronze nous donne toujours plus de motivation avant les Jeux olympiques en août ! En attendant, je continue mon entraînement à Boulogne-Billancourt.