© Vincent Curutchet

Environnement, Sport

Voile : Stéphane Le Diraison travaille sur un projet de bateau "green Imoca"

A quelques mois de son 2e Vendée Globe aux couleurs de Boulogne-Billancourt, le skipper Stéphane Le Diraison poursuit son projet environnemental. Dans une interview accordée à "Voiles et Voiliers", le skipper du Time for Oceans annonce lancer une étude pour la construction d’un Imoca plus écologique.

Publié le

Ville créative, numérique, sportive et durable, Boulogne-Billancourt accompagne le skipper boulonnais Stéphane Le Diraison depuis plus de 10 ans. 

En 2016, le skipper prend la mer sur son Imoca bleu et blanc baptisé Time for Oceans pour son premier tour du monde en solitaire et sans assistance. Il porte un message fort et universel : la préservation des océans. Des milliers de Boulonnais, réunis au PC course de la salle des Fougères, vibrent alors au rythme de son bateau, tout comme les écoles et les centres de loisirs de la ville. L’exploit sportif est ainsi un formidable vecteur pédagogique auprès des plus jeunes. 

Limiter l’empreinte carbone

Stéphane Le Diraison poursuit aujourd’hui ce projet environnemental qu’il portera le 8 novembre prochain sur les pontons des Sables d’Olonne, au départ du Vendée Globe 2020. Dans Voiles et Voiliers, le marin révèle avoir lancé une étude pour la construction d’un Imoca plus « vert » afin de limiter l’impact de la course au large sur l’environnement.

Ce bateau écologique, à l’empreinte carbone réduite, devrait voir le jour pour l’édition suivante de l’Everest des mers, en 2024.

Notre objectif est aussi de partager au maximum nos résultats pour alimenter les réflexions et susciter l’envie chez d’autres skippers de suivre le mouvement, précise Stéphane Le Diraison. Notre sport est censé être respectueux et en phase avec la nature. On se doit de montrer l’exemple.

Lire son interview dans Voiles et Voiliers