Sport

Voile : Stéphane Le Diraison parle confinement avec CAPVG20

Invité sur "Le confinement" de CapVG20, le skipper boulonnais donne de ses nouvelles suite à l'application du confinement. Petit résumé de son interview téléphonique du jeudi 19 mars.

Publié le

Chaque jour, un skipper : jeudi 19 mars, c'était le tour de Stéphane Le Diraison. Le pilote a répondu aux questions de CapVG20 pour le podcast "Le Confinement... Allô, Stéphane Le Diraison ?". C'est bien évidemment au téléphone que l'interview a été réalisée, dans le plus grand respect des mesures de confinement. Toujours très positif, le sportif explique son quotidien, l'arrêt de ses projets et comment il perçoit l'avenir, malgré les conditions actuelles. 

Le chantier de l'imoca en suspens

La mise à l'eau du bateau Time For Oceans était prévue le 20 avril, mais les mesures de confinement ont contraint les ouvriers à poser leurs outils et à arrêter les travaux sur l'imoca.

C'était assez particulier pour le directeur de Multiplast et moi, quand on a éteint les lumières et fermé les portes dans un grand silence...

Depuis le mois de septembre 2019, le bateau est au chantier Multiplast du groupe Carboman à Vannes pour l'améliorer. Mais dans ce nouveau contexte, Stéphane Le Diraison se dit inquiet pour la suite. Après avoir investi beaucoup d'argent et de son temps personnel pour mener à bien ce projet, la situation lui paraît assez troublante. 

On s'apprêtait à assembler les morceaux et à faire les finitions, on rentrait dans la dernière ligne droite. Les puits de fiols et bol de safrans étaient posés, les ballasts étaient prêts et fermés...

Le travail continue

Même si les travaux de l'imoca sont à l'arrêt, Stéphane Le Diraison se consacre à du travail de fond : refonte totale du site web Time For Oceans, rédaction de dossiers sur la responsabilité sociétale et environnementale pour ses partenaires (Ville de Boulogne-Billancourt, Groupe Suez et Bouygues Construction), meilleure définition de son projet 2021-2024 en vue d'une présentation... Le point positif de ce confinement : faire des choses dont il n'avait pas le temps de s'occuper avant !

On est tous à l’arrêt. Lorsque ça va repartir, il faudra être prêt et avoir tiré profit de ce temps pour ne pas en perdre après. 

Les prochains événements annulés ? 

Quid des événements à venir comme le New York-Les Sables : changement de parcours ou annulation ? Stéphane Le Diraison reste très perplexe quant au maintien de ces courses. Si la majorité des événements sportifs professionnels de l'année 2020 sont annulés, le skipper ne pense pas que les bateaux se mettront en route pour les Etats-Unis. 

Il faut organiser d'autres courses. Je suis sûr que skippeurs et organisateurs trouveront des solutions. Chacun devra s’adapter !

Mais Stéphane Le Diraison relativise 

Lui, qui essaie de toujours trouver du positif dans chaque situation, veut tirer profit de ce confinement. Pour le skipper, c'est le moment de se poser, se reposer, réfléchir, avoir les idées claires, prendre plus de temps pour soi et les siens. 

C’est une chance d’avoir du temps pour soi car, de manière générale, on court dans tous les sens au XXIe siècle. On doit prendre un autre rythme, pour mieux rebondir après !

Stéphane a souhaité se retirer en famille, dans sa maison de Lorient. Celui qui passe ses semaines entre la Bretagne et Boulogne-Billancourt se réjouit de pouvoir profiter de ses proches. 

A tour de rôle, avec ma femme, on s'improvise professeurs des écoles pour les enfants quelques heures par jour. On peut davantage profiter d'eux ! 

L'organisation a donc dû être réadaptée en fonction de la situation. Mais chaque matin, il s'octroie néanmoins une séance d'une à deux heures de sport... à proximité de son domicile et avec une attestation, bien sûr !