Duà

Exposition, Galeries, Photo

Floriane de Lassée et Nicolas Henry - Trait d’union à la Voz' Galerie

Le couple de photographes plasticiens Floriane de Lassée et Nicolas Henry exposent jusqu’au 31 décembre à la Voz' Galerie leurs clichés de voyages à la rencontre de personnalités d'exception et d'autres cultures.

Ajouter à mon calendrier
  • Jusqu’au 31 décembre
  • Voz’ Galerie. Sur rendez-vous.
  • Rencontre avec les artistes dimanche 15 novembre de 14h à 18h.

Inclus dans le parcours photo à Boulogne-Billancourt du 2 au 22 novembre

Floriane de Lassée

Lauréate 2020 du Prix Carré sur Seine à Boulogne Billancourt, l'artiste met en exergue depuis 20 ans différentes histoires de femmes à travers des photographies mises en scène. Elle propose pour la Voz Galerie sa toute première (2004-2011) et sa toute dernière série (2020) :

“Inside views" prend de l’altitude

La vision de la Ville tentaculaire contraste avec la solitude de ses habitantes, que Floriane met en scène aux fenêtres ou sur les toîts. Chaque image est un diptyque naturel sans artifice ou retouche numérique. De New York à Shanghai en passant par Moscou, c’est grâce à cette série qu’elle commence à faire connaître son travail artistique et publie une monographie chez Nazraeli Press en 2008. Grâce à cette série, Floriane a été élue en 2008 Rising Talent au Global Women’s Forum de Deauville et a été exposée au même événement cinq ans plus tard.

Portraits de femmes d’exception

Floriane voyage depuis 2017 à la rencontre des femmes africaines et issue des diasporas, ayant déjà une vision assez claire pour faire de demain un monde plus riche et plus équitable. Leaders dans divers domaines allant de la politique à l’éducation en passant par l’économie, ou bien «  jeunes pousses  » en recherche de «  business angels  », la photographe réalise les portraits de ces personnes d’exception. Cette ancienne graphiste numérise des centaines de tissus wax et les mixe numériquement comme un palimpseste ("Mamas Benz" est aussi disponible sous forme de jeu de cartes d’artiste).
Sa série "How Much Can You Carry" (Filigranes, 2014), présentée à plusieurs reprises lors du gala annuel de Human Rights Watch, traite de la charge physique et mentale féminine aux quatre coins du monde. 

Nicolas Henry

Diplômé des Beaux Arts de Paris, Nicolas Henry a aussi reçu une formation à l’Emily Carr Institute of Art and Design à Vancouver, au Canada. Parallèlement à une carrière d’éclairagiste et de scénographe dans le spectacle (musique, danse contemporaine, théâtre), il a parcouru le monde pendant trois ans en tant que réalisateur pour le projet "6 milliards d’autres" de Yann Arthus Bertrand et a assuré la direction artistique de l’exposition au grand Palais début 2009.

Il poursuit son travail personnel avec une série de portraits des ancêtres du monde entier ("Les cabanes de nos grands parents", Editions Actes Sud). Ses travaux mixant photographies, sculptures ont été exposés de New York au Japon, en passant par le Népal, le Nigéria, la Corée et l'Argentine… ainsi qu'à la Voz Galerie en 2019 !
Récompensé par le prix Popcap’16 pour la photographie africaine aux Rencontres d’Arles 2016, Contes imaginaires autour du monde (Albin Michel) reçoit le prix Méditerranée du livre d’art 2017.
Ses deux prochains ouvrages sont consacrés à des problématiques reliant l’Afrique au reste du monde : Le Kitihawa Chandelier se déroule entre cinq pays d’Afrique et les communautés afro-américaines de Chicago et Détroit, Les Aventures de Supershaktiman entre le Maroc et l’Inde.