Duà

Art, Exposition, Galeries, Photo

Fonds d'aide à la Culture : "Évasion", une exposition collective de photographes boulonnais

La ville aide et expose ses artistes ! Passants et promeneurs, venez découvrir les magnifiques clichés de 22 photographes boulonnais présentés du 5 avril au 5 septembre 2021 sur les grilles du square Léon Blum, le long de la route de la Reine. Onirique, inspirante, insolite, chaleureuse, intimiste,  dépaysante… une promenade toute en images ouverte au monde, à la vie, à la ville… à vos regards !

Ajouter à mon calendrier

Dans le cadre du fonds municipal d’aide à la Culture initié par le Maire de Boulogne-Billancourt, une installation pérenne de 24 cadres photographiques est proposée en extérieur, du lundi 5 avril au dimanche 5 septembre 2021, sur les grilles du square Léon Blum (côté route de la Reine).

Cette exposition originale réunit exceptionnellement 22 photographes professionnels boulonnais de grand talent, autour d’un thème commun : l’Évasion, invitant ainsi les promeneurs à s’échapper et à flâner le temps d’une balade en compagnie de Charlotte 4B - Apsara - Jean-Gabriel Barthélémy - Hervé Dez - Dominic Douieb - Thierry Farcy - Stephan Gladieu - Cindy Gzaiel - Katherine Hibbs - Jessie Lie - Nicolas Martin - David Monceau - Franck Mottet - Bruno Paget - Laurent Perriniaux - Pierre-Elie De Pibrac - Simon Picazos - Laure Pubert - Tristan Scohy - Henri-Alain Ségalen - Issa Smatti - Phil Warin.

4 Boulonnais témoignent 

Cette exposition est une idée excellente ! Elle rappelle celles qui sont présentées au jardin du Luxembourg, et cela valorise le charmant square Léon-Blum.

Boulonnaise depuis toujours, Nicole, 70 ans, réside à quelques rues du square Léon-Blum et s’est arrêtée devant Le plongeoir de Nicolas Martin. Une photo prise en 2011 à la plage du Bon-Secours de Saint-Malo. "Cette photographie me touche beaucoup. Elle me rappelle de nombreux souvenirs car je vais à Saint-Malo depuis trente ans et j’aime énormément cette région". Elle apprécie tout autant Boulogne-Billancourt, où elle se "trouve très bien". 

C’est une chouette initiative de mettre l’art à la portée de tous, c’est génial !  

Stéphane, chef d’entreprise de 42 ans, vient tout juste d’emménager à Boulogne-Billancourt. Son choix s’est porté sur The Kitchen, de David Monceau. Un instantané réalisé en 2013 dans la cuisine d’un restaurant japonais. "Ce cliché pris sur le vif est extrêmement vivant. À l’heure de ce confinement mondial, on s'en rend d’autant plus compte que nous sommes tous reliés les uns aux autres. Avec nos joies, nos peines. À l’image de cette photographie. On sent qu’il y a de l’activité, du mouvement, de l’humanité dans ce restaurant. C’est d’autant plus émouvant lorsque l’on pense à la période difficile que traversent actuellement nos restaurateurs."

La lumière réchauffe sans éblouir et, l’espace d’un instant, nous réalisons un micro-voyage. C’est une excellente initiative de la part de la mairie de mettre à l’honneur la poésie visuelle.

Maman de deux enfants, Christine, documentaliste, s’est installée à Boulogne-Billancourt en 1998. Son coup de foudre, la quinquagénaire l’a eu pour Lumière sur le pont, de Simon Picazos. "Cette photo appelle à la transcendance et invite à nous repositionner en tant que particulier dans un corps universel. Tout ce halo doré donne une impression de plénitude et laisse entrevoir ce que l’homme peut ou ne peut pas apprivoiser. Nous voguons entre plusieurs dimensions : eau, terre, ciel et humanité."

 Je suis tombée sur cette exposition en sortant de mon collège. Toutes ces photographies me font rêver !

Estelle, 14 ans, a trouvé toutes ces photographies fabuleuses. "Celle que j’ai préférée est intitulée Lumière sur le pont. Elle m’apaise. Le reflet des rayons de soleil dans l’eau est d’une grande poésie. Cette photographie paraît irréelle et me donne l’impression d’être dans un conte de fées. Les rayons de soleil qui transpercent les nuages évoquent un mystère. Ils se reflètent sur l’objectif, ce qui rend l’image orangée, et rappelle les couleurs de l’automne. Le canal, au centre de la photographie, guide notre regard vers un paysage lointain. L’aspect légèrement flouté augmente cette impression de rêve."

L'exposition est organisée en partenariat avec le laboratoire photographique boulonnais Initial pour le volet technique, et en collaboration avec le designer Charles Plassard pour la conception.