Paroles de boulonnais

Une famille boulonnaise à énergie très positive !

Ce sont des petits gestes pour préserver l’environnement, mais qui donnent un sens à la vie !

Chrystelle, Frédéric et leurs enfants, Lucian et Mathis, ont remporté le 3e Défi familles à énergie positive organisé par Grand Paris Seine Ouest, en réalisant, en famille, de notables économies d’énergie. Ils ont surtout vécu une belle aventure collective et éco-citoyenne, avec d’autres Boulonnais.

Publié le

Les petits ruisseaux font les grandes rivières, dit-on. Et le colibri, face à l’incendie qui dévaste la forêt, s’efforce, mais c’est déjà ça, d’apporter sa minuscule goutte d’eau pour combattre le feu. En toute modestie, une famille boulonnaise s’est prise au jeu du Défi familles à énergie positive organisé par Grand Paris Seine Ouest. L’aimable compétition qu’elle a remportée consiste à réduire, dans la vie de tous les jours, sa consommation d’eau, d’électricité ou de gaz.

La team, installée à Boulogne-Billancourt depuis une dizaine d’années, compte 4 cartes maîtresses. La maman, Chrystelle, chargée de mission à la ville de Meudon, le papa, Frédéric, chargé d’affaires commerciales, et les garçons, Lucian et Mathis, 9 ans, charmants jumeaux, tous deux en classe de CM1 à l’école des Glacières, où ils sont très heureux. Ils aiment bien aussi… le jardin pédagogique Georgette-Boeuf et la Maison de la nature. « C’est en lisant le BBI que nous avons appris l’organisation du Défi, note Frédéric. Nous avons une sensibilité écologique très claire. Montez sur les hauteurs environnantes et regardez la région parisienne dans son brouillard. Regardez le temps qu’il fait aujourd’hui [mercredi 26 juin, étouffante canicule. NDLR]… Cela doit nous faire réfléchir. Qu’adviendra-t-il des générations futures ? »

Alors la famille se lance dans le Défi, participe à la réunion de lancement. Les équipes sont regroupées par villes de l’intercommunalité. Une dizaine d’autres Boulonnais sont de la partie et un petit jeu permet de mettre un nom sur les équipes. C’est écrit, la famille s’appellera les « Éco-messagers verts du coin », groupe auquel se joint Françoise, autre Boulonnaise très motivée. Chacun reçoit le modus operandi, un petit livret d’astuces et d’écogestes, effectue un relevé de son compteur personnel, et c’est parti. Chrystelle devient également « capitaine du groupe de Boulogne », avec qui elle échangera régulièrement.

BAISSE DE 10 % DE LA CONSOMMATION D’ÉLECTRICITÉ, UN GAIN DE 130 € SUR LA FACTURE

Le reste est plus facile à dire qu’à faire. « Au début, prendre conscience de tous ces petits gestes qui changent le quotidien représente un réel effort, raconte Chrystelle. On oublie, on se rattrape, il faut être rigoureux et ensuite, cela devient naturel. » Côté électricité, il y a mille choses à faire, à commencer par débrancher la nuit tous les appareils en veille qui continuent à consommer (box internet, téléviseur, chaîne hi-fi, etc.). Mais aussi vérifier les joints du réfrigérateur. Ou encore bien maîtriser son chauffage, fermer les volets quand il fait froid, nettoyer les grilles de ventilation… « Nous avons un peu investi en passant aux leds pour les ampoules et l’halogène », poursuit Frédéric. Un investissement payant. En cinq mois, la famille a
baissé sa consommation d’électricité de 10 % et sa facture de 130 euros !

Côté eau, admettent nos éco-messagers, « cela a été plus dur ! ». Mais là encore, ils ont joué le jeu. Pour commencer, un investissement modique, à savoir équiper les robinets d’un éco-mousseur qui permet d’économiser jusqu’à 50 % d’eau ! Idem avec un flotteur dans la chasse d’eau des toilettes. Laisser toujours le robinet sur eau froide. Et aussi le gros renoncement : « Mais on s’y habitue vite, ajoute en souriant la famille,
garçons compris. Adieu les bains, bonjour la douche ! Si ça continue, on va démonter la baignoire ! » (Rires)

INITIER LES ENFANTS, QUI SENSIBILISERONT LEURS PARENTS

Jointe en province, Françoise, membre du groupe, précise : « Il est important d’arrêter l’eau pendant que l’on se savonne. Une simple douche peut consommer jusqu’à 80 litres ! (…) J’ai participé à ce Défi par conviction profonde, je suis aussi allée aux réunions sur le Plan climat. Il y avait beaucoup de monde à l’espace Landowski. La Ville agit. De nouveaux aménagements sont mis en place pour les cyclistes. Mais il faut aussi que chaque foyer soit concerné dans sa vie quotidienne et que les Boulonnais se mobilisent un peu plus ! » Ce sont des petits gestes pour l’environnement mais qui donnent un sens à la vie, concluent Chrystelle et Frédéric. Il est primordial d’initier les enfants, à l’école également, et partout où c’est possible. Ce sont peut-être eux qui, finalement, arriveront à sensibiliser leurs parents… »