Groupe "La ville citoyenne"

ODEUR DE BITUME !

Avez-vous remarqué la grande campagne de travaux de voirie qui a été déclenchée ? En période préélectorale, les maires ont souvent recours à cet artifice pour montrer qu’ils agissent. Le bitume coule tellement à flots que les producteurs d’enrobés ont de la peine à répondre au marché.

Mais souvent ce type d’actions mal préparées, décidées dans l’urgence, conduit à des malfaçons, des retards sur les chantiers et des nuisances accrues pour les habitants : énorme gêne de circulation pour les piétons, vélos et automobilistes, bruit, pollution de l’air, etc., sans compter les difficultés supplémentaires infligées aux personnes handicapées. Et que dire de ces marquages au sol de dernière minute, pour nous faire croire qu’on agrandit et améliore le réseau des pistes cyclables !

Derrière cela, il y a une politique profondément rétrograde de la ville, qui reproduit sans cesse les anciennes solutions noires des enrobés bitumeux et goudronnés. Les conséquences néfastes pour l’environnement en sont l’artificialisation des sols, le risque accru d’inondation avec la Seine toute proche et la perte de biodiversité. L’artificialisation des sols est devenu un vrai problème pour notre pays : 9,3 % du territoire est constitué de routes, parkings et sols bâtis, qui s’accroîssent d’année en année de 0,8 % par le biais d’une politique de développement favorable à la voiture et au mitage péri-urbain.

Mais il y a une autre façon de penser la ville : supprimer le bitume dans les cours de récréation, ne pas renouveler les gazons synthétiques, végétaliser les toitures… En ce qui concerne les travaux de voirie, il faudrait tout d’abord utiliser des enrobés végétaux, plus écologiques. Et mieux encore, en profiter pour agrandir les trottoirs, accueillir des sentes perméables et des surfaces végétales, avec des fleurs, arbustes, et des arbres quand c’est possible. Boulogne a 70 km de voirie, en supprimant quelques parkings en surface au profit des parkings souterrains qui sont à moitié vides, on pourrait libérer 2 ou 3 hectares bien répartis dans notre ville pour accueillir des végétaux, devenus indispensables pour lutter contre les canicules, pour favoriser un peu plus la biodiversité, et pour apporter un peu d’agrément et une touche de couleur à la grisaille de notre environnement hyper densifié.

 

Groupe « La Ville Citoyenne »
Pierre Gaborit, Judith Shan,
Vincent Guibert, François Thellier.
Permanence : 169, rue Gallieni, 92100 Boulogne-Billancourt.
Tél. : 01 48 25 63 61/Fax : 01 48 25 73 97.
Courriel : contact@lavillecitoyenne.fr
Les élus vous reçoivent mercredi et samedi sur rendez-vous.
www.lavillecitoyenne.fr • Twitter @villecitoyenne