Thomas Verny

Pastelliste de talent, Thomas Verny apprécie la spontanéité que permet ce moyen d'expression et ses couleurs très puissantes. Il capte sur le motif les différentes facettes des paysages qui l’environnent, arpentant notamment les chemins et les routes de la région de Collioure et de la Vallée de l’Hérault, les plages de Carnon et de La Grande-Motte, représenté Le Peyrou et croqué les toits de Montpellier.

Né en 1975 dans une famille de peintres, Thomas Verny sort diplômé de l'Ecole nationale des Beaux-Arts de Paris en 1998. Il a été l'élève de Vincent Bioulès et a présenté, pour sa première exposition à la galerie Hélène Trintignan en juin 2000, des pastels peints sur le motif représentant la campagne environnante.

Dès 1997, il a pris part à l'exposition collective "Paris-Perpignan-Céret, destination sur le motif" au Musée d'Art contemporain de Céret. La même année, il participe à l'exposition "Géricault, points de vue contemporains" aux Beaux-Arts de Paris. Un catalogue est édité à cette occasion, ainsi qu'un numéro spécial de la revue Connaissance des Arts, qui reproduit le tableau qu’il a peint avec son frère Abel Pradalié sur “l’Attentat de Port-Royal” (huile sur bois, 245 cm x 750 cm).

En octobre 2002, Thomas Verny présente à Montpellier un ensemble de pastels comme autant de variations sur les jardins et la Promenade du Peyrou. La même année, il reçoit le prix de la Casa Velasquez, qui lui permettra de séjourner deux années dans la capitale espagnole. En 2004, il expose des paysages de Madrid à la Galerie Stand Arte de Madrid. L'année suivante, il présente, toujours à la galerie Trintignan, des plages languedociennes et, en 2008, les toits de Montpellier, en s’attachant particulièrement aux nuages qui les entourent.

En 2010, Joséphine Matamaros, conservatrice du Musée de Céret, lui offre la possibilité d’une résidence à Collioure afin de s’imprégner des paysages qui ont tant inspiré les fauves. Comme elle le dit très justement dans sa préface à l’exposition du Musée : 

Comment revisiter un sujet qui semble rebattu en essayant d’y répondre d’une manière engagée et intellectuelle? Capter un paysage différent de la carte postale connue, découvrir une autre face de la perception quotidienne et intime de ce qui nous entoure, c’est bien là les propositions que sont amenés à résoudre et le regard et la pensée de l’artiste. Proposer une autre vision du monde, le réinterpréter en offrant des chemins nouveaux et des passerelles sur le plan de la technique, des formats et de la configuration spatiale de son imaginaire.

Récemement installé à Sète, Thomas Verny a été invité en résidence à l’Atelier Dock Sud par le galeriste Martin Bez, pour y compléter sa représentation du paysage méditerranéen contemporain. Le peintre procède toujours avec la même technique, le pastel sur le motif, et autour du même format : 18,5 x 24 cm.

Ce format est particulièrement adapté pour saisir et rendre la lumière, au regard de la taille du bâton de pastel.