HISTOIRE

Jours de Libération à Boulogne-Billancourt

Août 1944 : durant une semaine historique, Boulogne-Billancourt est le théâtre d'événements marquants, notamment la constitution du comité de libération de la ville, l’édification de barricades et le passage de la 2ème Division blindée du général Leclerc, en route vers Paris... Revivez cette période au jour le jour.

Après cinq années de guerre et d’occupation allemande, frappée par de nombreux bombardements, la ville de Boulogne-Billancourt porte l’un des premiers grands soulèvements populaires de la région parisienne. La plupart des Boulonnais ne le savent pas encore, mais le processus de la Libération de Boulogne-Billancourt, et de Paris, est en marche.

Nuit du 16 au 17 août 1944 : 35 Français fusillés

Un groupe de 35 Français, appartenant à différents mouvements de résistance et âgés pour la plupart de 18 à 24 ans, est attiré dans un guet-apens par un agent double sous prétexte de leur fournir un important stock d'armes. Ils sont fusillés par la Gestapo à proximité de la Grande cascade du bois de Boulogne. Les chênes portent, aujourd'hui encore, les traces des balles.

 

18 août 1944 : Hommage aux 35 martyrs

Un rassemblement se tient à l'endroit où s'est passé le drame. Une cérémonie a lieu depuis chaque année devant la stèle cylindrique qui rend hommage aux fusillés.  

Le même jour, une grève générale éclate en France ; le colonel Rol-Tanguy, responsable régional des Forces françaises de l’intérieur (FFI) pour l'Île-de-France, appelle à l'insurrection. 

19 août 1944 : des agents libèrent le commissariat 

Des agents hissent le drapeau français sur le commissariat de police de Boulogne-Billancourt, qui est évacué. Deux gardiens de police sont tués : Martin Marcel, 25 ans, et Félix Burlot, 36 ans. Peu après, la foule recule dans le poste de secours de la mairie.

Une brève trêve permet aux Allemands d'évacuer la capitale et à la Résistance de conforter ses positions.

20 août 1944 : l’Hôtel de Ville hisse le drapeau français

Une colonne partie de la place Nationale (actuelle place Jules-Guesde), composée d’ouvriers ainsi que de militants communistes et socialistes, se dirige vers la mairie de Boulogne-Billancourt. Le drapeau français est hissé sur l'hôtel de ville. A 15h, les autorités imposent « le plus grand calme à la population, qui est priée de ne pas stationner dans les rues », et décrètent un « couvre-feu maintenu, jusqu’à nouvel ordre, de 21 heures à 6 heures ».

De leur côté, les FFI s’organisent et réclament une intervention immédiate des Alliés.

21 août 1944 : le Comité de Libération s’empare de la mairie

Le Comité local de libération (CLL), présidé par Alphonse Le Gallo, chef de bureau à la mairie et membre du réseau Libération Nord, prend possession de l'hôtel de ville au nom des mouvements de la Résistance et appelle à son tour la population au calme. 

Le commandant Duval envoie un premier groupe sans armes pour protéger les usines Renault sur la place Nationale. Une patrouille allemande tente de forcer la porte, sans succès. Le groupe suivant sera armé.

Sur le pont de Saint-Cloud, Robert Peres, 46 ans, membre du mouvement de résistance Libération Nord, est tombé sous des balles allemandes.

22 août 1944 : la 2e DB marche sur Paris

Suite au débarquement du 6 juin, les généraux américains Eisenhower et Bradley prévoient de foncer vers l'Allemagne et de ne libérer la capitale qu'en octobre. Or le commandant en chef des forces alliées avait promis au général de Gaulle, chef du Gouvernement provisoire de la République française, à Alger en décembre 1943, que la libération de Paris serait confiée à une unité française. Dans l'après-midi, le général Leclerc donne déjà l'ordre aux éléments de reconnaissance de sa 2e division blindée de marcher sur la région parisienne. Convaincu par de Gaulle et les services secrets alliés de l'importance symbolique et stratégique de la capitale, Eisenhower donne son accord à 19h15. 

A Boulogne-Billancourt, le résistant Michel Farkas est abattu le même jour.

23 août 1944 : les FFI défendent le Pont de Sèvres

Sans soutien aérien allié sur 200 km, la 2e DB contourne par le sud les fortes positions allemandes placées à l'ouest de Paris.

Dans la matinée, un barrage établi par les FFI au Pont de Sèvres repousse avec succès l'attaque de deux sections allemandes.

Les premières barricades sont érigées dans les rues de Boulogne-Billancourt pour empêcher la retraite des occupants,  qui refluent en désordre. Elles seront plus d'une centaine. Pendant deux jours, les rues de la ville sont le théâtre d'accrochages et embuscades organisés par des partisans et résistants.

24 août 1944 : la 2e DB à l'entrée de Boulogne-Billancourt

Après plusieurs heures de tirs nourris dans des communes voisines, un Groupe Tactique de la 2e DB dirigé par le colonel Paul Girot de Langlade (GTL), finit par atteindre le pont de Sèvres. Il attend son ravitaillement en essence sur la rive de la Seine, ainsi que des ordres pour entrer dans Paris, mais sa radio est déficiente. Les hommes sont immédiatement entourés et fêtés par la population civile. 

Le lieutenant Paul Batiment, du sous-groupement Massu, soutenu par un peloton de chars, franchit le pont et se place en protection à l'entrée de l’avenue Edouard-Vaillant. Accroché par une compagnie parachutiste allemande, il perd 5 hommes au cours de combats nocturnes. 

Dans la matinée, Pierre Hofberger, 17 ans, membre d'un groupe de résistance des HBM (futures HLM) a été tué lors de l'attaque d'une patrouille allemande avenue des Moulineaux (actuelle avenue Pierre-Grenier). Emile Pelletier, 17 ans aussi, a été abattu au pont de Billancourt. 

25 août 1944 : la Ville acclame ses héros

Au petit matin, alors que le groupement Langlade de la 2e DB se prépare à faire mouvement, l'ennemi tente une sortie depuis les usines Renault. Il est stoppé par la 6e Compagnie du RMT et par les chars du 12e RCA.

Pendant ce temps, Pierre Lorrain, directeur des ateliers d'entretien de Renault et ex-lieutenant de vaisseau, hisse avec ses camarades un drapeau français devant l'entrée principale de l'usine sur l'île Seguin. Au moment où les couleurs s'élèvent à leur tour sur le navire de maintenance, à la pointe de l'île, il est abattu par une rafale de mitraillette.

200 soldats allemands se rendent. 

10h

Acclamé par une foule en liesse, le GTL de la 2e DB traverse la ville en empruntant l’avenue Édouard-Vaillant, dont la partie allant du pont de Sèvres à la place Marcel Sembat porte aujourd’hui le nom du Général Leclerc. La foule envahit les rues, monte sur les chars, partout les drapeaux fleurissent.

Mais les accrochages se poursuivent : Henri Bizet, 21 ans, membre des FFI, est tué à l'entrée du pont d'Issy, ainsi qu' André Riant et Roger Hadoux.

12h

Massu et ses hommes entrent dans Paris par la porte de Saint-Cloud pour gagner les Champs-Elysées. Après Paris, la 2e DB doit poursuivre sa route vers Strasbourg, puis l’Allemagne. Au même moment, le bois de Boulogne est débarrassé de l'occupant par le groupement du colonel Rémy.

De leur côté, les FFI harcèlent encore, depuis les HBM de l'Avre, l'arsenal du camp allemand sur l'île Saint-Germain.

Une borne de la voie de la 2e DB a été posée près d'un monument au général Leclerc le 28 novembre 2014, jour anniversaire de sa disparition, sur la D910 au rond-point du pont de Sèvres (cliquer sur la carte). Voir à ce sujet La Voie de la 2e DB, des plages du Débarquement à Strasbourg, Guide vert Michelin, Edition spéciale, p. 88.

26 août 1944, 17h : le Comité de Libération se présente aux Boulonnais

Les Allemands de la garnison de l'île Saint-Germain se rendent enfin. Dans l'action, des FFI ont été tués : Pierre Poli, André Carof, 44 ans, et Louis Lazennec, 42 ans, au bas de la rue de Seine.

Le Comité local de Libération est en mesure de se présenter à la population depuis le balcon de l'hôtel de ville. La guerre est loin d’être terminée, mais les rues de Boulogne-Billancourt sont libérées de l’armée d'occupation.

23 octobre 1944 : Alphonse Le Gallo préside le conseil municipal

Première réunion en séance publique, sous la présidence d’Alphonse Le Gallo, du conseil municipal issu des organisations de la Résistance.
Une délégation spéciale chargée d’administrer la commune est nommée, avec Le Gallo désigné comme président et Marcel Duval son adjoint, en attendant les élections d'avril 1945.
C’est le temps des hommages et des bilans ; ensuite viendra celui de la reconstruction.