RELATIONS INTERNATIONALES

Jumelages

D’abord outil de réconciliation et de paix en Europe à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le Jumelage est devenu une «Coopération décentralisée», associant au concept de paix et de solidarité celui de développement. En attribuant des compétences et des moyens accrus aux collectivités locales, la politique de décentralisation a, de fait, donné à celles-ci la possibilité de collaborer avec d’autres collectivités locales françaises et étrangères dans de plus nombreux domaines.

Dans les années d’après-guerre, les premiers jumelages témoignent d’une volonté de poser les bases de la reconstruction européenne. Boulogne-Billancourt entame alors une action ambitieuse de jumelage en nouant des liens et des échanges avec des communes européennes de même importance en Allemagne, en Belgique, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas ou en Italie. Les relations s’étendent ensuite à des villes situées hors de l’Union européenne, comme aux États-Unis ou en Chine.

Boulogne-Billancourt continue aujourd’hui d’entretenir des liens avec ses villes jumelles européennes par l’intermédiaire des établissements scolaires. Les services municipaux facilitent notamment ces relations par le biais de mises en relation et l’échange d’informations dans le cadre de projets culturels et éducatifs.

Conformément aux nouvelles priorités historiques et économiques et aux nouvelles dispositions du ministère des Affaires étrangères, elle a néanmoins décidé de concentrer sa politique de coopération sur ces villes : Raanana en Israël, Sousse en Tunisie et Pancevo en Serbie.  

Le choix d’entretenir des relations privilégiées avec Pancevo a été principalement motivé par le souhait de soutenir la lutte pour la liberté que cette ville a menéé à la fin des années 1990 ainsi que son courage et ses efforts de reconstruction après des années de guerre. Les accords de coopération avec Sousse et Raanana permettent de renforcer les liens qui existent entre les Boulonnais et ces deux cités méditerranéennes.

Villes jumelles de Boulogne-Billancourt

> Depuis 1955 : 

  • Neukölln (Allemagne) : « Cité interculturelle » du Conseil de l’Europe, il s’agit de l’arrondissement berlinois le plus peuplé, avec 330 000 habitants.  
  • Anderlecht (Belgique) : Ville d’Érasme, de Jacques Brel et de Maurice Carême, auquel elle consacre un musée, ses 118.000 habitants vivent sur la Senne, dans la banlieue sud-ouest de Bruxelles.
  • Hammersmith & Fulham (Royaume-Uni) : Ce district d’affaires de 170.000 habitants est situé aux portes de Londres, à mi-chemin entre l’aéroport de Heathrow et le centre de la capitale britannique.  
  • Zaanstad (Pays Bas) : Ville de 153.000 habitants dans la banlieue d'Amsterdam, connue pour ses moulins et sa fabrique de cacao.  

> Depuis 1968

  • Marino (Italie) : À 20 kilomètres de Rome, cette agglomération de 40.000 habitants est en plein cœur du Parc Régional des « Castelli Romani ».  

> Depuis 1972

  • Pancevo (Serbie) : Municipalité de plus de 120 000 habitants, Pancevo est située à 20 kilomètres de Belgrade, au confluent du Danube et de la Tamis.

> Depuis 1977

  • Sousse (Tunisie)Port de 220.000 habitants situé dans le golfe d'Hammamet, et à 130 km de Tunis, la « perle du Sahel » possède un important patrimoine architectural.

> Depuis 1993

  • Irving (USA) Cette ville texane d’environ 240 000 habitants fait partie du comté de Dallas, dont elle abrite l’Université, l’aéroport international et un centre de congrès.  

> Depuis 1996

  • Raanana (Israël)A 12 km au nord de Tel-Aviv, cette commune familiale désignée « cité verte » par l’OMS compte aujourd’hui près de 75 000 habitants.

> Depuis 2007

  • Guang'an (Chine) : Ville de 3,2 millions d’habitants située dans la province méridionale du Sichuan, elle abrite le musée Deng Xiaoping.