La Maison de la Planète

Comment faire dans notre vie quotidienne pour réduire notre impact sur le climat, que nous soyons salarié, chef d’entreprise, parent, étudiant… ? C’est pour répondre à cette question que la Ville de Boulogne-Billancourt, sous l’impulsion de son maire Pierre-Christophe Baguet, a souhaité la création de la Maison de la Planète, ouverte depuis janvier 2022.

> Ateliers, conférences, débats, expositions, événements, retrouvez l’agenda en ligne de la Maison de la Planète ici

Un nouvel équipement municipal à rayonnement territorial

Située au 72, allée du Forum, sur une superficie de 1.430 m² entourant une cour intérieure de 830 m², cette structure dédiée à la transition écologique marque la forte mobilisation de la Ville pour :

La maison de la Planète est un lieu :

  • d’échange entre toutes les institutions, associations et entreprises œuvrant dans le domaine de l’environnement et de l’économie circulaire
  • d’apprentissage, d’expérimentation et d’éducation à la transition écologique
  • depropositions concrètes pour réduire l’impact des activités de l’homme sur notre planète
  • d’accueil d’entreprises s’inscrivant dans l’économie circulaire
  • de création d’un écosystème des entreprises du territoire dans le but de financer des opérations d’intérêt général destinées à réduire l’impact des activités humaines sur l’environnement
  • Un laboratoire d’expérimentation des techniques éco-conçues, animé par un comité scientifique dont la mission est de sélectionner, parmi les centaines d’innovations écoresponsables conçues chaque année (start-ups, projets professionnels…), celles que la Ville pourra expérimenter dans l’espace public, l’habitat social ou les bâtiments municipaux.

Ateliers, conférences, débats, expositions, événements, retrouvez l’agenda en ligne de la Maison de la Planète ici
Toutes les infos pratiques (horaires, accès... ) : cliquez ici
Découvrez en images la journée portes ouvertes

La Maison de la Planète accueille :

Un guichet unique environnemental

Il permet aux Boulonnais de s’informer, d'être conseillés et orientés vers l’ensemble des aides et services de la Ville de Boulogne-Billancourt et de Grand Paris Seine Ouest.

Un espace de conférences, débats, expositions et événements

Pour tous les publics : établissements scolaires, périscolaires, familles, associations, entreprises… Pour vous inscrire, cliquez ici.

Une boutique solidaire de la Recyclerie sportive

  • Collecteréparation et remise en circulation du matériel de sport.
  • Atelier de transformation du matériel de sport, avec une ligne de produits upcyclés "Métamorphose ou la 3ème vie du matériel de sport".
  • Atelier de co-réparation de vélo : pour apprendre à réparer soi-même son vélo, sa trottinette ou ses rollers et savoir effectuer des gestes simples pour son entretien régulier (vendredi de 15h à 19h et samedi de 14h à 18h).

Un Low Tech Lab

Il propose la conception de systèmes, techniques, savoir-faire et pratiques qui intègrent la technologie selon trois grands principes :

  • utile : répond à des besoins essentiels de production et de consommation pertinents dans des domaines aussi variés que l’énergie, l’alimentation, l’eau, la gestion des déchets, les matériaux, l’habitat, les transports.
  • accessible : appropriable par le plus grand nombre, peut être fabriquée ou réparée localement
  • durable : éco-conçue, résiliente, robuste, réparable, recyclable.

Un café associatif

  • produits bio et locaux
  • ateliers et évènements autour du développement durable
  • espace de co-working à l’usage de start-uppeurs des métiers de l’environnement

Une cour aménagée en îlot de fraîcheur

La préfiguration des aménagements des cours-oasis de nos écoles, et dans laquelle sera pratiquée de l’agriculture urbaine.

Les parrains de la Maison de la Planète :

La fleurettiste boulonnaise Astrid Guyart a remporté de nombreuses médailles nationales et internationales tout au long de sa carrière, dont plusieurs titres de championne de France et du monde, ainsi qu'une médaille d'argent en équipe lors des Jeux Olympiques de Tokyo. À l'issue de ces derniers, elle a décidé de prendre sa retraite sportive à 38 ans.

En parallèle, Astrid est ingénieure diplômée de l’EPF-École d’ingénieurs (ici), spécialisée en aéronautique et aérospatiale, et a travaillé pour de grands groupes comme Airbus ou Ariane. Elle est également auteure d'une collection d'albums jeunesse autour des valeurs du sport, écrits en collaboration avec plusieurs grands sportifs français.

Le skipper boulonnais est un véritable militant de la préservation des océans. Homme de convictions, Stéphane a à cœur de porter un projet associant sa passion de la course au large et son engagement dans le développement durable, afin d’en véhiculer les enjeux auprès du grand public.

Avec le projet TIME FOR OCEANS, la Ville souhaite véhiculer un message fort : la préservation des océans est une démarche multi-acteurs qui engage collectivement les institutions, les entreprises et les citoyens.

Jérôme Brisebourg codirige une société de formation en management et leadership dont l’objectif est de partager les meilleures pratiques issues du haut niveau. Il détient à son actif une quinzaine d’expéditions significatives, tant dans l’environnement haute montagne (à plus de 6.000, 7.000 et 8.000 mètres d’altitude) que polaire (traversée d’ouest en est du Groenland, pôle Nord).

Son projet d’Explorers Grand Slam a démarré il y a 15 ans avec l’ascension du Kilimandjaro. Il est monté en puissance et en difficulté progressivement et a gravi les plus hauts sommets de chaque continent, dont l’Everest. Il a également rallié le Pôle Nord et dernièrement le Pôle Sud, par la voie Amundsen via le Glacier Axel Heiberg, en ski-pulka a ainsi bouclé le Grand Chelem des Explorateurs, "l’Explorers Grand Slam". Ce défi n’a été relevé que par 67 personnes dans le monde à ce jour.

Attentif aux enjeux environnementaux et afin de compenser ces émissions en CO2, il s’est engagé à n’abandonner aucun déchet dans cette partie protégée du globe.

Greenlandia (voir ici) est construit en trois volets distincts qui interagissent entre eux :

Pédagogie : informer et susciter l’action

Il s’agit d’un vaste programme pédagogique entre la France et le Groenland, des jeunes de l’école primaire à l’université. L’objectif principal de Greenlandia est de transmettre aux jeunes générations, des connaissances concrètes et de qualité grâce à :

  • Une série d’outils pédagogiques inspirés de l’expédition, via notamment le volet de recherche scientifique mis en place avec les partenaires de Greenlandia.
  • La création de liens avec les jeunes du village d’Ittoqqortoormiit grâce à des initiatives pédagogiques basées sur l’échange et le partage autour de leur culture et leur mode de vie.
  • L’interrogation, par effet miroir, du lien que nous entretenons avec l’environnement, là où nous vivons.

Scientifique : comprendre la résilience et le changement climatique

Pour étudier ce lien entre la communauté et son environnement, Greenlandia est partenaire d’un consortium de recherche scientifique européen. Sa mission est de comprendre comment cette communauté s’adapte et de découvrir les clés de sa résilience d’hier, d’aujourd’hui et de demain.

Des échantillonnages et études scientifiques conduits par des laboratoires de sciences naturelles (climatologie, géologie, biologie, océanographie, glaciologie etc.) sont réalisés en même temps dans le Scoresby Fjord (Groenland). Ils permettront d’approfondir l’étude des problématiques principales identifiées par cette population (Recrudescence des ours blancs, fonte de la banquise et des glaciers, migrations des oies bernaches plus précoces etc.). Les données seront également comparées à celles collectées lors des expéditions du commandant Charcot.

Documentaire : un travail de mémoire et de sensibilisation

Des documents et des projets seront réalisés tout au long de cette aventure (Livres, expositions photographiques, reportages TV, documentaires, projets artistiques) pour garder une trace des changements rencontrés par la communauté dans cette période et sensibiliser le grand public à la beauté et à la fragilité de cette région polaire.

L’ingénieur et explorateur Corentin de Chatelperron recense à bord du Nomade des mers, aux quatre coins du monde, toutes les initiatives low-tech :

  • 85 pays référencés sur tous les continents
  • 754 initiatives documentées et continuellement actualisées
  • 12 domaines d’application. énergie, eau, nourriture, hygiène…

Toutes les informations sur le Low Tech Lab : cliquez ici